blog.Vie-oceane

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 2 décembre 2016

Préservons La Réserve Marine de La Réunion


Signez la pétition

jeudi 1 décembre 2016

Soyons responsables, donnons à la réserve marine un avenir...

Une pétition pour donner des moyens au gestionnaire de la réserve marine... 

Vie Océane

vendredi 18 novembre 2016

Nouvelles Menaces sur la Réserve Marine par la remise en cause de son zonage

Il est proposé par des associations impliquées dans la pratique du surf et soutenues par certains élus de modifier le zonage de la réserve marine. Dans un premier temps, la zone de protection renforcée allant des Brisants à Boucan Canot serait déclassée afin d’y autoriser la pêche aux requins bouledogues et tigres ainsi que la chasse sous-marine.

Pêcher les bouledogues et les tigres dans les zones de protection renforcée pour protéger certaines activités nautiques est-ce nécessaire ?

À l’échelle des déplacements d’un requin, quelle différence y a-t-il entre tenter de le pêcher devant ou derrière la limite de la réserve ? Car si certains bouledogues sont fidèles à un même lieu, cela ne veut pas dire qu’ils ne franchissent pas les quelques centaines de mètres entre l’intérieur et l’extérieur de la réserve.  Un requin bouledogue est capable de parcourir 50 km par jour. 

Rappelons, que la pêche aux requins est autorisée sur plus de la moitié du périmètre de la réserve marine.

Des drumlines sont déjà disposées à la sortie du Port de Saint Gilles, en baie de Saint Paul, et d’autres engins de pêche sont déployés régulièrement dans cette zone notamment dans le cadre du programme Caprequins 2. Les appâts frais et gras actuellement utilisés attirent les requins à plusieurs centaines de mètres. Aussi, pourquoi ces pêches dites de régulation ne pourraient–elles pas pour être efficaces, se pratiquer en dehors des zones de protection renforcée ? D’ailleurs, depuis le début de l’année ce sont plus de 35 bouledogues et 30 tigres qui ont été prélevés sur l’ensemble du littoral ouest. Notons que ces pêches sont pratiquées sans observateurs indépendants et que l’on a, à ce jour, aucune donnée objective sur les prises accessoires. 

L'introduction de la chasse sous-marine dans une zone de protection renforcée permettra- t-elle de sécuriser la zone ? 

Un autre point de la demande, et ceci expliquant probablement cela, est de réintroduire la chasse sous-marine dans cette zone de protection renforcée pour occuper la colonne d’eau et faire fuir les requins ou pour jouer le rôle de sentinelles. Pour ce dernier rôle, les vigies ont été formées pour cela et sont sollicitées pour sécuriser la pratique du surf. Occuper la colonne d’eau, les plongeurs le font régulièrement. Quant à faire fuir les requins, rapportons à titre d’exemple ce chasseur sous–marin qui, il y a quelques jours, s’est vu manger le thon qu’il avait capturé par un bouledogue sans parvenir à l’en dissuader. Les observations sont nombreuses pour confirmer que la pratique de la chasse sous-marine est bien attractive pour le requin. Un poisson fléché se débat et saigne pendant plusieurs minutes : c’est un excellent appât. 

Pendant que les chasseurs sous-marins s’approprieront le milieu, d’autres occupants disparaîtront. Combien de temps les mérous de La Tour de Boucan survivront-ils ? Il a fallu près de 10 ans pour voir ces animaux fréquenter à nouveau ce site et montrer un petit début d’effet réserve tant nécessaire à la restauration des équilibres du milieu. 

Ouvrir la chasse sous-marine dans les zones de protection renforcée, c’est anéantir ce travail de fond sans améliorer la sécurité des pratiques nautiques.

La demande ne s’arrête pas à la zone de Boucan Canot aux Roches Noires car déjà est évoqué le spot de Trois Bassins puis ce sera sans nul doute le spot de Saint Leu …

Les zones sanctuaires sont-elles des zones attractives pour les requins ?

Les zones sanctuaires sont également pointées du doigt et il est demandé que seules les parties côté lagon persistent. En effet, ces espaces qui ne représentent que 5% du périmètre de la réserve sont considérés comme des zones d’appâtage pour les requins. Bien que leur biomasse soient supérieure à celle des autres zones de la réserve, les études menées n’ont pas permis de montrer que ces sanctuaires étaient fréquentés par des requins bouledogues ou tigres, qu’ils soient juvéniles ou adultes. En revanche, le rôle des sanctuaires est crucial pour permettre la restauration des peuplements du récif en servant de pépinière à condition de maintenir la continuité écologique entre l’intérieur et l’extérieur de la barrière corallienne. 

La réserve naturelle marine : un outil de gestion pour construire l’avenir

Si on accédait à cette demande de modification des zonages, que resterait-il de la Réserve Naturelle Marine ?  Ce serait un retour en arrière inédit et sans avoir pour autant apporté une solution durable à la problématique « requins ».

La réserve naturelle marine a pour vocation de gérer les différents usages de façon équilibrée dans une perspective de préservation et de restauration de l’écosystème corallien. Des solutions existent pour concilier activités nautiques sécurisées et préservation de l’environnement : des filets opérationnels, des vigies, des caméras sous-marines ou tout autre système innovant…

N’oublions pas que dans un contexte de changement climatique, la vitalité de la barrière corallienne joue un rôle important pour préserver le littoral et limiter son érosion. Rappelons enfin, que le récif corallien est une ressource pour l’économie réunionnaise car il rapporterait au moins 45 millions d’euros par an à La Réunion selon l’IFRECOR (Initiative Française pour les Récifs Coralliens, juillet 2016).

Ne privez pas les réunionnais de cet outil qu’est la Réserve Marine de La Réunion et maintenez-là opérationnelle !

c'est un appel à signer La Pétition des Amis de La Réserve Marine !  

Vie Océane

- page 1 de 30